Dans le cadre de la journée de l'audition qui se déroule aujourd'hui, j'ai écouté l'émission "Service Public" animé par Isabelle Giordano sur France Inter.

Malgré que le sujet était dirigé vers les risques liés à l'utilisation des baladeurs et des MP3, cette émission a été assez pédagogique.
De nombreuses informations importantes concernant les niveaux sonores ou la notion de "dose de son" ont été assez bien exprimé même si j'aurai aimé que l'animatrice laisse un peu plus parler ses invités.

Le meilleur moment, pour moi, aura été les témoignages récoltés avant  le concert de "30 Secondes To Mars" à Bercy dont je vous ai retranscrit quelques propos ci-dessous :

..." C'est mon premier concert. Donc je me dit que je peux me peter les oreilles..."

"Moi j'ai l'habitude des sifflements, donc..."

" - Vous avez des sifflements, vous ?
- Oui, souvent. Je sors souvent en boite, donc...Si je suis venu ce soir, c'est pour me casser les oreilles, donc c'est bon...
- Comment ça fait les sifflements, c'est tous les jours ?
- Euh, ça persiste deux jours à peu près, enfin c'est très chia...
- Vous êtes déjà aller voir un médecin pour ça ?
- Non, jamais, non. Tant que j'entends bien, ça va, quoi. Ca dure deux jours et après tout va bien, quoi.
- Donc pas de bouchons ce soir ?
- Non pas de bouchons ce soir ; surtout pas pour se faire chi....."...

Aie, aie, aie, édifiant mais extrêmement intéressant et représentatif malheureusement d'une certaine réalité.
Plein de jeunes confondent et mélangent la puissance sonore avec la notion de plaisir.

Ecouter la musique en concert est clairement un véritable plaisir et une expérience unique générant de nombreuses sensations. Mais ce n'est pas parce que ça hurle que c'est bon.
On prend du plaisir avec une couverture sonore homogène, une prise de son irréprochable et un excellent mixage. C'est tout le travail très difficile et délicat des ingénieurs du son et des ingénieurs système (ceux qui mettent en place les enceintes et les règlent). L'évolution des matériels et de la formation professionnel nous permette aujourd'hui d'obtenir des résultats tout a fait prodigieux.

Et malgré tout ce que l'on peut dire, le niveau de 105 dB(A) en valeur moyenne est très suffisant pour donner toutes les sensations nécessaires au plaisir. Mais par contre, il ne faut surtout pas que la législation descende ce niveau sonore. Je rappelle qu'il ne s'agit que d'une valeur moyenne et que nous ne sommes pas obligés de l'atteindre. Mais elle est nécessaire pour avoir une dynamique suffisante pour la retranscription de sensations liées à la musique.

Avant que certains n'hurlent en lisant cela, c'est tout a fait logique et compréhensible en regardant le tableaux ci-contre des niveaux sonores acoustiques de certains instruments de musiques classiques.

Le niveau sonore de 105 dB(A) autorisé n'est pas une valeur complètement "folle" puisque c'est le niveau sonore qu'atteignent les instruments naturellement (il manque les voix et la batterie...). Ces niveaux ne sont pas constants mais doivent pouvoir être atteints pour donner toutes leurs sensations.

Cela ne veut pas dire non plus que ces niveaux sonores sont anodin, bien au contraire. C'est toute l'avancé de la communication et de la prévention des risques sonores de ces dernières années. Mais il ne faut pas que cela deviennent une phobie qui nous entraîne vers des règles draconiennes rendant impossible de vivre pleinement la musique.

Il faut prendre tout simplement être conscient de l'environnement dans lequel nous nous trouvons, connaître les risques et les comportements à adopter. Cela passera obligatoirement par une information large et ciblée. Ce que font de nombreuses associations, les pouvoirs publics et les fabricants de matériels.

De façon simple, les comportements à avoir lorsque l'on va au concert, sont :

  • Il faut faire des pauses régulièrement, en s'éloignant temporairement des espaces ou la pression sonore est forte.

  • Et dans tous les cas, il faut avoir sur soi une paire de bouchon d'oreille. Il y en a qui n'altère pas la qualité du son en respectant la courbe physiologique de l'oreille.

  • Si nous sommes fatigués, il faut être d'autant plus vigilent à son exposition.

  • Si des sifflements apparaissent et durent au delà de la nuit, il faut consulter son médecin.
     

Il s'agit là de pratique simples mais efficace que la plupart des professionnels appliquent. Car il ne faut pas oublier que les plus exposés sont tous les personnes qui travaillent régulièrement dans le monde du concert (Artistes, techniciens, agent de sécurité, manager, producteurs, etc...) qui doivent absolument conserver leurs "oreilles" pour pouvoir travailler.

Alors oui, écouter la musique en concert est un plaisir et doit le rester. Mais il faut avoir les bonnes attitudes et surtout ne pas faire d'amalgame entre puissance et plaisir. Cela n'a rien à voir.

Liens :

Eventail de plusieurs ressources documentaires sur la prévention des risques sonores
Aller sur la page de l'émission de France Inter